Dossier complet : la Wii

I – Qu’est ce que c’est ?

     1. La philosophie Nintendo

Playing = Believing. Voici le slogan que Nintendo a choisi pour débuter sa conférence pré-E3 2006. C’est cette même conférence qui a plongé le monde vidéoludique dans une révolution dans la façon de jouer. Les journalistes conviés à cette grande messe du jeu vidéo n’avaient pour beaucoup que ces mots à la bouche : magnifique, surprenant, innovant. Ainsi, que ce soit des professionnels ou des non joueurs, la Wii en a conquis plus d’un. PS3 et autre Xbox 360 ont dû alors céder leur place de favorites au nouveau chef-d’œuvre de Nintendo, une console qui dorénavant nous immerge dans le futur d’aujourd’hui : la Wii.

Depuis la conception de la Nintendo DS, Nintendo ne cesse d’innover et se tourne vers un marché qui s’ouvre à une nouvelle vision du jeu vidéo. Fini la course à la puissance, où le principal était d’améliorer les capacités du processeur et des graphismes. Au lieu de faire comme la concurrence, Nintendo choisit de changer la manière de jouer, et ainsi progresse dans l’évolution de ce domaine. Désormais, la firme nippone souhaite s’adresser à un public plus large, et intéresser aussi des non-joueurs, ou d’anciens joueurs qui s’étaient désintéressés du jeu vidéo.

Satoru Iwata, le PDG de Nintendo, déclarait en juin 2004 que la Wii est une console « d’une différente nature, qui ne suit pas le chemin conventionnel des nouveaux systèmes de jeu en accroissant la vitesse et la qualité visuelle pour faire des jeux complexes. […] La règle selon laquelle on pouvait satisfaire les clients en augmentant les spécifications a fait son temps, mais cela ne fonctionne plus maintenant.»

     2. Wii : un nom révolutionnaire

Tout a commencé à l’E3 2004. A l’époque, la Wii avait pour nom de code « Revolution » après avoir été nommée « GCNext ». Pourtant, plusieurs rumeurs annonçaient des noms tels que Nintendo 21 ou N5. C’est alors qu’à moins de deux semaines avant le très attendu E3 2006, Nintendo annonce le véritable nom de la console, un nom qui va faire trembler le monde vidéoludique pendant une poignée d’années. Les fans diront que « Revolution » reflétait une vérité révolutionnaire, les autres clameront que cela faisait trop prétentieux. Aujourd’hui, le nom « Wii » s’est installé dans notre vocabulaire, et n’est pas prêt d’être oublié.

Alors que cette nouvelle appellation a fait scandale pour beaucoup de joueurs, Nintendo tente d’expliquer ce choix. Perrin Kaplan, la responsable en communication aux USA, veut ainsi se justifier : « Nous voulons que les gens comprennent notre approche avant que nous allions à l’E3. L’E3 est vraiment bruyant et je ne pense pas que nous aurions voulu avoir la chance de devoir y expliquer comment nous en sommes venus à ce nom. […] Il y a une multitude de noms qui sont devenus des mots de la vie de tous les jours et je pense qu’ils sont maintenant considérés comme uniques.»

Plus court que le mot « Wii », c’est difficile à trouver. Et c’est justement ce que Nintendo vise à faire. Plus besoin d’abréger : en trois lettres, tout est dit ! On pourrait s’imaginer que les deux i sont le symbole de deux personnes qui jouent… ou alors de cette manette novatrice, comme le souligne Matt Atwood, aux relations publiques de Nintendo of America. Difficile de cacher un vrai détachement avec des noms traditionnels, compliqués ou lassants : Xbox 360, PS3… Cependant, un petit bémol vient troubler la fête du côté francophone : « Wii » comme « oui », et non comme le « We » anglais. Cela prête à des confusions, mais que dire… on s’y habituera !

     3. Graphismes ou gameplay ?

Au départ, Satoru Iwata nous disait : « La définition d’une nouvelle machine doit être différente. Je veux que vous sachiez que Nintendo travaille sur son prochain nouveau système et que ce système créera une révolution vidéoludique. » Au fil du temps, le président de Nintendo a fini par affiner ses déclarations : « Je pourrais vous donner nos spécifications techniques, comme je sais que vous l’aimeriez, mais je ne le ferais pas pour une raison simple : elles importent peu. Le temps quand la puissance seule faisait toute la différence est révolu. » Il faut dire que Nintendo planche sur le projet depuis à peine la sortie de la gamecube, et se décide en fin de compte à ne pas proposer la Haute Définition, ce qui reviendrait trop cher pour les développeurs et les joueurs.

C’est ainsi que Nintendo abandonne la notion de graphismes, et se tourne vers la créativité et le gameplay. Satoru Iwata rajoute également que « la différence définit aussi notre approche quant au prochain système de salon. Il ne se contentera pas d’être nouveau ou d’inclure de nouvelles technologies. Une meilleure technologie c’est bien, mais pas assez. Les consoles d’aujourd’hui offrent déjà des expressions plutôt réalistes, alors simplement gonfler les graphismes ne nous permettra pas de voir la différence. Alors que devrait faire une nouvelle machine ? Beaucoup plus. Une expérience de jeu sans précédent. Quelque chose qu’aucune autre machine n’a jamais délivré avant.»

La Wii est donc concentrée sur la manière de jouer, et non la qualité de ce qui apparaît l’écran. Grâce à la manette révolutionnaire, le joueur est complètement immergé dans le jeu. Appuyer sur des boutons est relayé au second plan, pour laisser place à une jouabilité plus physique, où l’on dirige le jeu en faisant des mouvements concrets avec ses mains. C’est la première fois qu’une console de jeux grand public ose s’aventurer dans cette voie-là. Voici donc la formule que Nintendo a choisie pour le jeu vidéo de demain, et ce, dès maintenant.

II – La console

     1. Vue de l'extérieur

C’est à une toute petite boîte rectangulaire que pourra se reconnaître la Wii. Avec des dimensions égales à 157x215,4x44 millimètres, soit environ la taille de trois boîtiers DVD empilés, la console de Nintendo est la plus petite machine parmi les trois consoles next-gen (Wii, PS3, Xbox 360).

La couleur de la console au lancement est uniquement blanche, pour des raisons de délais de production. Mais plusieurs coloris sont déjà prévus : noir, gris, vert pomme, rouge… La Wiimote est elle aussi de plusieurs couleurs (seulement blanche au lancement), dans les mêmes teintes que leurs consoles.

Le design sobre et élégant de la console se veut attirant, notamment pour un public adulte et féminin. Les lignes fines de la machine tranchent avec les courbes des autres consoles, même avec son prédécesseur Gamecube. La Wii est posée généralement verticalement sur un socle, mais peut très bien se tenir horizontalement. Un halo bleu sur l’avant de la machine montre la fente où s’insère le disque.

     2. A l’intérieur

Dès le départ, la Wii a été conçue de telle manière que la puissance technique et graphique de la console soit bonne, tout en restant à un prix accessible au grand public. Nintendo s’est donc lié à de grandes sociétés, telles que ATI pour le processeur graphique, IBM pour le processeur PowerPC G5, et NEC pour le système central, appelé LSI. Les deux processeurs se nomment respectivement « Hollywood » et « Broadway ». Satoru Iwata explique ce choix par : « Broadway parce que c’est la capitale du music-hall […] et Hollywood parce que c’est la capitale du cinéma ».

Avant l’annonce officielle sur les spécifications techniques de la Wii, des rumeurs circulaient à propos des projets sur le système de la console. Nintendo aurait travaillé sur deux systèmes. Le premier aurait un processeur cadencé à 2.7Ghz, 512Mb de RAM, et un processeur graphique de 600Mhz. Le second posséderait deux processeurs cadencés à 1.8GHz, 256Mb de DDR-RAM, 128Mo de mémoire vidéo GDDR3, et un processeur graphique de 500MHz. Finalement, aucun de ces deux systèmes n’a abouti, puisque la console possède officiellement les spécifications techniques suivantes : un processeur principal IBM PowerPC Broadway cadencé à 729Mhz, 224Mb de mémoire 1T-SRAM, un deuxième bloc de 64Mb de mémoire 1T-SRAM, 512Mb de mémoire flash interne, un processeur graphique ATI Hollywood cadencé à 243Mhz, 3Mb de mémoire pour le GPU Hollywood, et le Wi/Fi 802.11b/g.

Selon IBM, le processeur Broadway a été fabriqué sur une technologie de 90 nanomètres, avec des économies de 20% d’énergie. Nul besoin donc d’éteindre la console, mais simplement de la mettre en veille. IBM a par ailleurs annoncé la livraison dans les temps de ses processeurs, fabriqués dans une usine située dans l’Etat de New York.

     3. Mémoire et supports

Le principal support sur lequel la Wii pourra travailler est le DVD standard de 12cm de diamètre. 8 Go de données peuvent être stockées dessus. La console peut aussi accueillir les mini-DVD de jeux gamecube, de 8 cm de diamètre. Tout disque est inséré dans la fente prévue à cet effet, sous forme de mange-disque, au lieu d’un tiroir traditionnel.

La Wii possède 512Mo de mémoire flash interne pour stocker et sauvegarder les jeux Virtual Console, des logiciels ou encore des médias. Il est possible d’augmenter cette capacité grâce au port de carte mémoire SD. Il se peut qu’un disque dur externe soit branché par USB, dans le futur. 4 Ko de mémoire sont intégrés à télécommande. Ceux-ci servent à stocker jusqu’à huit avatars du joueur.

Après des hésitations de la part de Nintendo, la Wii ne possèdera finalement pas de lecteur DVD destiné à regarder des vidéos. Les coûts de cette fonctionnalité alourdiraient le prix final de la console, alors que Nintendo se veut bon marché, et axé plutôt sur le jeu vidéo. Seuls les jeux seront ainsi supportés par la console.

III – La manette

     1. Une maniabilité nouvelle

La Wii est dotée d’une manette en forme de télécommande, appelée Wiimote (qui vient du mot « remote » qui signifie « télécommande » en anglais). Cette dernière est qualifiée de « free-hand style controller » ou « pointer » par Nintendo. La Wiimote est ainsi capable de reproduire les mouvements du joueur qui la tient à l’écran, tels que la rotation, les mouvements gauche/droite, bas/haut, avant/arrière…

Une des plus grandes particularités de la Wii, si ce n’est la plus importante, c’est la révolution en terme de gameplay sur une console de salon. En effet, pour pointer un objet ou exécuter une action dans le jeu, il suffit simplement de bouger la Wiimote dans l’espace, et ainsi indiquer à travers ces mouvements le contrôle que le joueur veut réaliser. Les boutons classiques sont généralement complémentaires à la détection de mouvements. De plus, un haut-parleur intégré dans la manette sert à reproduire des sons, tels que la frappe d’une balle de tennis sur la raquette.

La manette est reliée à la console par le système Bluetooth. Deux capteurs sous forme d’une barre sont à placer sous ou sur le téléviseur, ou du moins à proximité. Le téléviseur peut être quelconque, étant donné que le système de balayage de l’écran n’est pas la technologie utilisée par la console. La Wiimote possède également un vibreur intégré, et peut être tenue dans la main dans toutes les positions.

     2. Boutons et contrôles

La manette Wii est certes capable de reproduire ou interpréter les mouvements effectués par le joueur avec elle. Mais pour des actions précises ou plus complexes, la Wiimote possède une gamme de boutons, comme sur une manette traditionnelle. Ces boutons servent également aux jeux Virtual Console, ces derniers n’étant pas compatibles avec la nouvelle maniabilité puisqu’il s’agit d’anciens jeux, destinés dans un premier temps à des consoles aux manettes classiques.

La Wiimote possède donc une croix multidirectionnelle, un gros bouton A transparent en dessous de la croix, les boutons « select », « home », « start » alignés horizontalement, les boutons 1 et 2 alignés verticalement, ainsi que quatre diodes bleues qui indiquent le numéro du joueur. Une gâchette B se situe sous la télécommande. Le bouton « power » est situé sur le haut de la manette.

La croix multidirectionnelle est une commande classique et présente sur la quasi-totalité des manettes. Elle sert généralement à indiquer la direction que prend le personnage incarné par le joueur. « Select » et « start » servent à aller dans le menu de contrôle du jeu, tandis que « home » permet d’accéder à la page d’accueil de la console. « Power » sert, comme toujours, à allumer et éteindre la console, tandis que la gâchette B est utilisée généralement dans les jeux de tir subjectif. Les deux boutons restants peuvent être utilisés lors d’une action spéciale dans le jeu.

     3. Modules additionnels

La Wii a dès le départ été conçue pour accueillir différents périphériques, ne serait ce que la Wiimote ou bien la Sensor bar. La Sensor bar est un accessoire indispensable afin d’utiliser convenablement la détection de mouvements de la manette. Il s’agit d’une barre d’une vingtaine de centimètres qui se place en dessous ou au dessus du téléviseur, et qui émet une lumière infrarouge grâce à ses quatre diodes DEL. Elle est connectée par un fin câble d’alimentation relié à la console, mais elle n’émet aucune information électronique. Elle sert uniquement à envoyer la lumière infrarouge à la Wiimote, qui elle-même calculera sa position dans l’espace et enverra les informations vers la Wii par Bluetooth.

La Wii Balance Board est également un périphérique utile à certains jeux spécifiques, par exemple le jeu de sport Wii Fit, ou encore We Ski et le troisième opus de la série Rayman contre les Lapins crétins. Cet accessoire dévoilé lors de l’E3 2007 prend la forme d’une planche blanche sur laquelle le joueur peut tenir debout, s’asseoir ou poser une partie de son corps. Cette balance détecte le poids exercé sur les différents capteurs de pression installés dans l’appareil. Elle est reliée sans fil à la console, et peut tenir jusqu’à 60 heures d’autonomie grâce à ses quatre piles AA. Le célèbre Shigeru Miyamoto a déclaré à propos de la Wii Balance Board que « l'idée la plus simple et logique serait sûrement un jeu de snowboard » Une dizaine de jeux utilisant l’accessoire seraient ainsi en développement.

D’autres accessoires sont parus jusqu’à aujourd’hui, et remplacent le traditionnel couple Wiimote et Nunchuk par d’autres « formes » de manette. C’est le cas par exemple du volant Wii Wheel qui est utilisé dans le jeu Mario Kart Wii. On y place la Wiimote au centre, mais ce volant dispose aussi de ses propres boutons. Il existe également le Wii Zapper, découvert notamment avec la sortie du jeu de tir à l’arc Link’s Crossbow Training. Il prend la forme d’une mitraillette, ou bien d’une arbalète. On y place également à Wiimote et le Nunchuk dans les compartiments à l’intérieur. Un Wii Light Gun a aussi fait son apparition. Il s’agit comme pour le Wii Zapper d’un accessoire en forme de pistolet. Les jeux Guitar Hero et Rock Band ont par ailleurs créé eux-mêmes une guitare. Pour la série Guitar Hero, la Wiimote se place simplement dans la guitare, qui elle-même est pourvue de cinq boutons à la place des cordes. La guitare de Rock Band est quant à elle reliée par USB à la console. Enfin, un Wii Pad relié à la Wiimote de la même façon que le Nunchuk, et permet de jouer principalement aux jeux Virtual Console grâce à sa forme typique des anciennes manettes Nintendo.

Dernière mise à jour le 24 septembre 2008.

 Fiche

Fabriquant :
Type :
Sortie :
Génération :
Site web :
Supports :
Stockage :

Wiimote

Revolution

Consoles Wii

Wiimote et Nunchuk

Wiimote

Mouvements de la Wiimote

Disque Wii et Gamecube

Des joueurs

Passion Wii © 2017 • ContactConfidentialitéPlan du sitePartenariat

Partenaires : Blog jeux video | Game Touch | Next-Nintendo | Photo-location : louez votre appareil photo | friteuse sans huile Voir tous les partenaires
Page générée en 0.0008 secondes • Toute reproduction sans accord interdite.