Test

 Geometry Wars : Galaxies

Adeptes de shoot-them-up, vous voilà servis. Ce jeu qui pourrait, aux premiers abords, sembler anodin se révèle être un concept démoniaque, capable de vous tenir pendant des heures à exploser des ennemis en tous genres. Un titre qui nous fait revivre des moments forts comme aux temps des bornes d'arcade, mais cette fois plus besoin de se ruiner pour faire péter les scores puisque Geometry Wars : Galaxies débarque sur Wii pour notre plus grand plaisir. D'abord paru pour la première fois sur le XBOX Live en 2003 et suivi d'une mise à jour, le titre est réapparu en 2005 sous le nom de "Geometry Wars : Retro Evolved". Reste à voir s'il est assez complet pour justifier son prix qui peut paraître excessif.

Geometry Wars, qui a débuté sur sur le XBOX Live, a été annoncé en octobre 2007 sur les dernières plates-formes de Nintendo, c'est-à-dire la Nintendo Wii et la Nintendo DS. Le jeu est développé par la société Kuju Entertainment. Nous nous attarderons bien sûr sur la version Wii. Le jeu a connu un franc succès lors de sa sortie sur le XBOX Live à seulement environ 4$.

Le principe du jeu est quant à lui très simple, puisqu'il s'agit de rester en vie le plus longtemps possible sans se faire toucher, nous avons donc à notre disposition trois vies de départ et trois bombes (qui se révèlent bien utiles lorsque la situation devient incontrôlable).

Ce shoot-them-up en 2D vous met aux commandes d'un vaisseau de forme géométrique qui n'a, a priori, pas de nom. Vous êtes accompagnés d'un drone : petit vaisseau autonome qui s'améliorera suivant vos performances. Il en existe huit différents au total et le premier à votre disposition est un drone d'attaque.  Vous devrez les acheter en collectant ce qu'on appelle des geoms qui se trouvent être la monnaie du jeu.

Au niveau du gameplay, cela reste très basique puisqu'on dirige le vaisseau à l'aide du stick analogique du nunchuk et on oriente les tirs en pointant l'écran à l'aide de la Wiimote. Malgré une maniabilité plutôt simpliste le jeu n'est en rien facile, puisque les vagues d'ennemis se succèdent et nous poussent à tirer n'importe où.

Graphiquement le jeu se déroule sur une sorte de plateaux cadriés sur un fond noir parsemé d'étoiles blanches. Les ennemis sont de simples formes géométriques de couleurs vives ce qui permet de les reconnaitre en un clin d'oeil.

Ceci est bien utile quand une bande de losanges est à nos trousses. Plus  vous resterez en vie longtemps, plus le nombre d'ennemis augmentera jusqu'à vous plonger dans un chaos total d'où il vous sera tout de même assez facile de contrôler la situation. La bonne musique electro est là pour rythmer ce long périple. La sonorité y est très répétitive mais pas désagréable tant elle colle à la situation.

Geometry Wars : Galaxies est un titre plutôt réussi et ravira certainement les mordus de ce genre. La société Kuju Entertainment arrive à nous donner un jeu assez complet avec une soixantaine de niveaux différents. Honnêtement, le concept est tel qu'on accroche ou qu'on accroche pas. Il n'y a pas de mode online mais on aura le plaisir de consulter son classement international sur la CWF. Le jeu est aussi téléchargeable sur la DS via la connection Wi-fi. Un titre qui a tout pour plaire et même son prix qui n'est que de 40 euros.
Verdict : 16/20
       3 commentaires
Posté par linkalexis, le samedi 23 février 2008. 

 Commentaires

Posté par Arthur le mardi 26 février 2008 à 20:55
Posté par marcosonic2 le mardi 11 mars 2008 à 13:00
Posté par twixxxy-killer le samedi 15 mars 2008 à 21:24



:h :'( :g :s :a :k :d :] :# :) :o :p :^( ;) :@

Tapez le chiffre 1 ici : (Filtre anti-spam)



 Citation

"Je pense que les jeux sont le futur de l'éducation"
Edward O.Wilson, professeur à Harvard
Playset : Grand Chelem Tennis
Playset : Let's Tap

 Edito par Arthur

Shigeru Miyamoto, illustre créateur de nombreux personnages Nintendo, semble à la traîne au niveau technologie. Non pas que l'un des maîtres du jeu vidéo ne sache pas télécharger, mais c'est loin d'être sa préférence. Il n'est pas ici question de téléchargement illégal, mais simplement du commerce culturel dématérialisé. Le WiiWare en est d'ailleurs un parfait exemple.
"Le divertissement ne doit pas devenir quelque chose d’uniquement numérique". C'est ce qu'a affirmé Miyamoto dans une interview au journal californien Mercury News. Jolie phrase, dans une société où tout s'explique par binaire. Mais est-ce pour autant une mauvaise nouvelle ? Difficile d'y croire, lorsque l'économie numérique représente le premier débouché de la crise pour de nombreux spécialistes, et un véritable vivier d'emplois pour le futur.
Le papa de Mario ajoute : "Personnellement, je suis l’un de ceux qui, même si j’ai téléchargé toutes les chansons d’un album sur iTunes, j’achèterais quand même le CD. Je me sens plus rassuré avec un média physique". Il est vrai que la musique est dématérialisée depuis des années, avec le développement de plateformes comme iTunes ou Deezer. Alors qu'en est-il du jeu vidéo ? La question du numérique demeure très récente, depuis l'apparition de services online pour chaque console.
"Si je regarde le WiiMotion Plus, c'est quelque chose que vous ne pourriez pas distribuer de manière numérique. En fait, nous ne voyons vraiment pas le futur du jeu vidéo confiné dans la distribution digitale. Nous ne voyons pas la majorité de nos produits distribués de cette façon". Bref, Miyamoto promet que les joueurs devront se déplacer et acheter la boîte de leur jeu. Les magasins Micromania ont encore de beaux jours devant eux.

 Populaires


Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /homez.47/theninte/passionwii/tags.php on line 6

Passion Wii © 2014 • ContactConfidentialitéPlan du sitePartenariat

Partenaires : Blog jeux video | Game Touch | Next-Nintendo | Photo-location : louez votre appareil photo | Voir tous les partenaires
Page générée en 0.0276 secondes • Toute reproduction sans accord interdite.