Test

 Transformers

Comme pour la grande majorité des blockbusters hollywoodiens ces dernières années, un éditeur s''y colle pour développer la version vidéoludique du film. Activision fait patie de ces éditeurs, avec à son palmarès des licences de films telles que Spiderman ou Shrek, mais sans brillant succès pour aucune de ces adaptations. Transformers, le dernier film de Michael Bay et Steven Spielberg, fait également état d''un jeu vidéo sur Wii. Et comme on pouvait s''y attendre, le résultat n''est pas flagrant.

Au delà d''une simple aventure retraçant les grandes lignes du scénario du film, les développeurs de chez Traveller''s Tales ont ajouté un peu de piquant au jeu Transformers : il est possible de choisir notre camp, le bien ou le mal. Tout au long du mode solo, le joueur se joint aux Autobots et se bat pour la cause héroïque de la survie humaine, ou s''allie au contraire avec les Decepticons pour faire régner l''ordre des robots envahisseurs.

Néanmoins, chacun des deux camps se bat pour une même cause, c''est-à-dire récupérer le concentré de technologie connu sous le nom de Allspark. Quelque soit le camp choisi au début du jeu, tout au long de l''aventure l''objectif consiste à accomplir un certain nombre de mission pour continuer la partie. Chaque mission est plus ou moins la même : aller d''un point à un autre de la carte en éliminant les sujets gênants, tout en récupérant des items permettant la suite des évènements, dans un laps de temps bien défini.

Autant dire tout de suite que c''est ennuyeux dès le début, et puisque toutes les missions sont semblables, le jeu perd largement de son intérêt. Les autobots doivent parcourir la ville à toute vitesse afin d''empêcher que les Decepticons fassent du mal aux humains, tout en protégeant le convoité Allspark. Le camp des méchants est cependant plus simple et libre que celui des gentils, étant donné que rien ne les empêche de détruire tout sur leur passage. Hormis les limites de temps qui sont souvent frustrantes, Transformers ne pose pas vraiment de challenge. De ce fait la durée de vie du jeu est très courte, malgré la présence d''une aventure vue sous deux angles différents.

Si dans un premier temps cela paraît amusant de choisir à volonté entre des déplacements en robot et en véhicule, la conduite de ces deux moyens de transports s''avère finalement moyenne, et elle aussi monotone. Toutefois, il faut faire attention à ne pas dépasser certaines limites dans les capacités de déplacements pour ce qui concerne les robots, cela donne donc un brin de difficulté en plus.

Le joueur a le choix entre deux armes différentes, l''une privilégiant la puissance, l''autre la vitesse de tir. Mais l''une comme l''autre, elle n''ont plus vraiment d''effet lorsque l''ennemi met en place son bouclier et fait dévier la plupart des tirs. La seule technique valable – et dommage que ce soit la seule dans ce jeu – est le combo de trois tirs consécutifs, qu''il faut répéter maintes fois pour venir à bout de l''opposant. Il est possible d''utiliser des objets en guise de projectiles, mais le temps de réaction entre le lancer et la chute du projectile est bien trop lent pour avoir de l''efficacité.

L'un des défauts les plus fatiguants dans Transformers est incontestablement le contrôle de la caméra. Pour changer l''angle de vue à l''écran, il suffit de manipuler la Wiimote vers le sens voulu. Mais cela devient un vrai massacre dans les moments frénétiques du scénario. C''est le cas par exemple des attaques ennemies par l''arrière, où toute la durée durant laquelle le joueur se retourne engendre des dégâts considérables, causés par l''adversaire pendant la manoeuvre.

Venons tout de même aux points positifs du jeu. Bien que graphiquement Transformers est loin d''atteindre des sommets, le jeu semble bien en accord avec les décors et le style graphique du film, notamment pour les effets de transformation des robots. Les environnements urbains destructibles et l''ambiance de panique ne sont pas ce qui manque durant la partie, c''est toujours ça.

L'audio est également un point sur lequel les développeurs n''ont pas pris congé. Dans l''ensemble les musiques reprennent celles du film, elles correspondent donc à ce que l''on peut s''attendre. Des effets sonores variés, des bruitages et dialogues de fond apparaissent de temps en temps. De plus, l''éditeur a fait appel aux voix des vrais acteurs du film, et c''est peut-être la meilleure chose qui puisse arriver dans la bande sonore d''un jeu. On pourra ainsi retrouver les voix de Shia LeBeouf et Peter Cullen, ou encore celle de Frank Welker dans le rôle de Megatron, même s''il ne participe pas au casting du film de Spielberg.

Dommage cependant que Transformers ne comporte pas de mode multijoueur. On pouvait déjà espérer des luttes acharnées dans notre canapé, faisant incarner respectivement le bien et le mal par chacun des deux joueurs. Cela ne sera donc pas le cas. Quelques missions bonus pourront être débloqués pendant la partie solo, mais rien d''original non plus de ce côté.

Au final, le jeu Transformers n''a pas autant de charme que son homologue cinématographique. Par manque de temps peut-être, les développeurs n''ont pas su donner de challenge à l''aventure. Les missions se ressemblent toutes, comme dans n''importe quel autre jeu de ce genre. Malgré une bande son de qualité et des effets graphiques respectables, la maniabilité et le contenu ne sont vraiment pas à la hauteur pour qualifier Transformers de jeu indispensable sur Wii.
Verdict : 9/20
       2 commentaires
Posté par Arthur, le lundi 03 septembre 2007. 

 Commentaires

Posté par marcosonic2 le mardi 11 mars 2008 à 16:26
Posté par twixxxy-killer le samedi 15 mars 2008 à 18:42



:h :'( :g :s :a :k :d :] :# :) :o :p :^( ;) :@

Tapez le chiffre 1 ici : (Filtre anti-spam)



 Citation

"Je pense que les jeux sont le futur de l'éducation"
Edward O.Wilson, professeur à Harvard
Playset : Grand Chelem Tennis
Playset : Let's Tap

 Edito par Arthur

Shigeru Miyamoto, illustre créateur de nombreux personnages Nintendo, semble à la traîne au niveau technologie. Non pas que l'un des maîtres du jeu vidéo ne sache pas télécharger, mais c'est loin d'être sa préférence. Il n'est pas ici question de téléchargement illégal, mais simplement du commerce culturel dématérialisé. Le WiiWare en est d'ailleurs un parfait exemple.
"Le divertissement ne doit pas devenir quelque chose d’uniquement numérique". C'est ce qu'a affirmé Miyamoto dans une interview au journal californien Mercury News. Jolie phrase, dans une société où tout s'explique par binaire. Mais est-ce pour autant une mauvaise nouvelle ? Difficile d'y croire, lorsque l'économie numérique représente le premier débouché de la crise pour de nombreux spécialistes, et un véritable vivier d'emplois pour le futur.
Le papa de Mario ajoute : "Personnellement, je suis l’un de ceux qui, même si j’ai téléchargé toutes les chansons d’un album sur iTunes, j’achèterais quand même le CD. Je me sens plus rassuré avec un média physique". Il est vrai que la musique est dématérialisée depuis des années, avec le développement de plateformes comme iTunes ou Deezer. Alors qu'en est-il du jeu vidéo ? La question du numérique demeure très récente, depuis l'apparition de services online pour chaque console.
"Si je regarde le WiiMotion Plus, c'est quelque chose que vous ne pourriez pas distribuer de manière numérique. En fait, nous ne voyons vraiment pas le futur du jeu vidéo confiné dans la distribution digitale. Nous ne voyons pas la majorité de nos produits distribués de cette façon". Bref, Miyamoto promet que les joueurs devront se déplacer et acheter la boîte de leur jeu. Les magasins Micromania ont encore de beaux jours devant eux.

 Populaires


Warning: mysql_fetch_array() expects parameter 1 to be resource, boolean given in /home/annuair7/passionwii/tags.php on line 6

Passion Wii © 2014 • ContactConfidentialitéPlan du sitePartenariat

Partenaires : Blog jeux video | Game Touch | Next-Nintendo | Photo-location : louez votre appareil photo | Voir tous les partenaires
Page générée en 0.0079 secondes • Toute reproduction sans accord interdite.